En 6 ans Mr Picolo à été hospitalisé plus de 500 fois aux Urgences, donc en moyenne tous les 4 jours en sachant qu'il a eu quelques mois d'hospitalisation, quelques mois par la case prison, et quelques mois par la case hôpital psychiatrique...... en gros il a été hospitalisé chez nous tous les jours depuis 6 ans ....

Mr Picolo avait 40 ans, à 34 ans marié, ouvrier, il perd son emploi, il s'ennuit, il boit, sa femme divorce, il boit encore plus, il se retrouve à la rue, il boit pour oublier, pour se réchauffer, en 6 mois il a tout perdu même sa dignité.

Tout a été essayé, cure de sevrage , hospitalisation en psy, cellule de dégrisement, à grand renfort d'assistantes sociales, de médecins psychiatre, d'aide sociales de la mairie, de forces de police, il continu à boire et à venir aux urgences pour cuver.

En plus de boire pour oublier, on lui prescrit des médicaments pour oublier (qu'il boit) ..... du coup il met 2 fois plus de temps à cuver et 2 fois moins de temps à se "cuiter". Il devient agressif (alcool+benzo+neuroleptiques....) on devient moins patient avec lui, et au fil du temps on fini par oublier que lui aussi il avait une maison un métier une femme qui l'aimait.

Mr Picolo ne veut rien, juste boire et oublier, il ne veut plus aller en psy, il ne veut plus aller en prison, il veut pas de notre aide, si il veut juste une chose : qu'on ne mette pas ses chaussures et ses chaussettes dans le même sac que le reste de ses vêtements.

Moi je l'aimait bien Mr Picolo, une entrée facile, un dossier médical du type copier/coller, une sortie du service avant 10h00 le lendemain matin, sans courrier pour le médecin traitant, sans ordonnances....avec en prime la piqûre quotidienne de rappel aux soignants que la prise en charge de Mr Picolo était un échec complet.

Mr Picolo connaissait le service comme ça poche, si il trouvait que la visite au lit porte était un peu longue  il savait ou trouver la clef du placard pour récupérer ses vêtements (dans deux poches bien sur), il savait ou trouver une cigarette, il savait ou trouver du valium 10mg quand il commençait à trémuler, quand il avait décidé de partir il partait toujours avant 12h00 après il ne pouvait plus , il tremblait trop.

Il a tout connu, les heures d'attentes à l'acceuil, les contentions aux quatre membres pour agitation, les injections de Lo..pac, les médecins urgentistes fatigués, énervés, gentils, pressés, il ne s'est jamais plaint de rien.

En fait si on regarde bien je l'ai plus vu ces dernières années que certains membres de ma familles, j'ai passé des Noël avec lui des 1er de l'an, je l'ai même vu une fois le jour de mon anniversaire fidèle au poste.

Il a eu des complications de temps en temps, il a été retrouvé en arrêt cardio respiratoire une fois dans sa chambre après avoir inhalé, il a été trépané une fois après avoir été percuté par une voiture, il a perdu un rein après un coup de couteau. il a toujours récupéré et il s'est toujours remis a boire....

Cette fois-ci c'est la bonne, il ne reviendra plus, quatre jours qu'il n'etait pas venu aux urgences, il n'était pas en prison, pas en psy, pas hospitalisé, il était juste mort, tout seul..... avec ses bouteilles.

Alors ce premier post lui est dédicacé, au souvenir, pour ne pas oublier qu'on ne peut pas tous les soigner!!!!!

ps: j'espere qu'ils n'ont pas mis tes chaussures et tes chaussettes dans le même sac que tes vêtement!!!

nouveau_pack